Archives pour la catégorie Nouvelles Galeries

A. Debat, Nouvelles Galeries Arcachon.

La véritable institution arcachonnaise qu’étaient les Nouvelles Galeries ne pouvait pas se désintéresser du marché de la carte postale en plein essor. De par son importance dans le commerce local, elle ne se contentait pas de les distribuer mais elle les éditait elle-même. En recourant aux services d’un photographe que nous n’avons pas encore su découvrir.

Plusieurs éditions, sans doute au moins quatre, portent son enseigne mais correspondent à des époques différentes et parfois à des gérants différents.

Embarquement difficile
Embarquement difficile

Alphonse Debat était l’associé du dénommé Trémoullières dans l’exploitation des Grands Magasins des Nouvelles Galeries, c’était leur dénomination exacte à ce moment-là, dont la publicité disait qu’ils avaient été fondés en 1855.

Ils comportaient alors deux établissements : le siège social au carrefour de la rue du Casino et du Cours Lamarque et une succursale au 193, boulevard de la Plage.

Cette édition est donc juste antérieure à celle, plus ambitieuse, déjà présentée sous la dénomination « Edition Nouvelles Galeries Arcachon » : http://cpa.leonc.fr/2009/03/28/edition-nouvelles-galeries-arcachon/#more-27

Publicité
Publicité

Cartoliste d’Alphonse Debat, édition du 25 mai 2010

Lire la suite

Edition Nouvelles Galeries, Arcachon

Quand en 1906, Georges Eyssartier prenait les rênes des Nouvelles Galeries pour leur donner un nouvel élan, il ne pouvait pas négliger la mode des cartes postales alors en pleine effervescence. Il en publiait aussitôt une série sous l’enseigne «Edition Nouvelles Galeries, Arcachon».
On ne sait rien du photographe, qui aura fourni les clichés assez inégaux, ni du procédé de fabrication de ces cartes différent de ceux utilisés par la concurrence. Ce procédé a l’avantage de leur donner un bien meilleur rendu, une plus grande finesse dans la définition de l’image mettant en valeur bien des détails mais a l’inconvénient de les rendre plus fragiles et plus difficiles à conserver pour avoir une certaine propension à s’écailler. Leur surface est brillante et affiche des couleurs prédominantes assez inattendues, mauve, sépia, bleu, roux, pour lesquelles il est difficile de séparer ce qui est dû à la volonté de l’éditeur de ce qui a été apporté par l’usure. De plus, elles sont très souvent mal découpées laissant apparaître en marge une partie d’un autre cliché.
Quoi qu’il en soit, elles se détachent tout de suite du lot quand elles sont mélangées à d’autres cartes. De par leur qualité et surtout leur originalité, elles encouragent le collectionneur à rassembler toute la série constituée de 52 vues différentes, dont la cartoliste exhaustive est présentée ci-dessous. Cette série donne un aperçu assez complet, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités, de ce que pouvait être Arcachon en cette fin de Belle Epoque.
D’autres cartes sur Arcachon portent la mention Nouvelles Galeries, mais elles sont plus tardives et ne doivent en aucun cas être confondues avec celles-ci, ne serait-ce qu’eu égard à leur qualité bien inférieure.
Voici deux exemples de ces cartes Edition Nouvelles Galeries, Arcachon : d’abord le choix improbable de représenter … rien, ensuite une jolie vue d’une rue de la ville :

Rien

Une rue de la ville

Lire la suite