Laurent Soulan, éditeur.

Une fois n’est pas coutume, nous nous intéressons aujourd’hui à un éditeur extrêmement sélectif. Nous avons déjà eu l’occasion de rencontrer des éditeurs régionaux très prolifiques dont l’établissement de la cartoliste s’apparentait au remplissage d’un tonneau sans fond. Celui-là est tout le contraire et nos recherches pour trouver une seconde carte après la première que nous avons découverte se sont montrées désespérément vaines.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existerait pas d’autres. Mais pour l’instant, à notre connaissance, sa production ne concernerait qu’une carte unique. D’où d’ailleurs l’intérêt de la dite carte.

Laurent Soulan tenait le commerce d’objets de piété établi au pied du clocher de Notre-Dame, sur la droite en sortant de l’église. Cet établissement a dû perdurer jusque dans les années 1960.

Entête
Entête (Cliquez pour agrandir l'image)

Dans un annuaire de 1897, il est déjà au nom de Laurent Soulan. Dans deux autres de 1903 et 1904, il est à celui d’une Mademoiselle Marie Séré. Enfin dans un annuaire de 1910, il revient au nom de Laurent Soulan. Sans doute aura-t-il été exploité plus en commun qu’alternativement par cette demoiselle et notre éditeur de cartes postales.Il semble, mais rien n’est sûr, que ce ne soit qu’à cette époque qu’il ait porté l’enseigne : « A Saint-Antoine de Padoue ».

Il s’y vendait des articles religieux et de fantaisie, des Christs, des bénitiers, des statuettes, des cierges et des bougies mais aussi de la papeterie, comme en témoigne le papier à en-tête de Laurent Soulan. Lequel avait bien sûr pour spécialité, la médaille de Notre-Dame d’Arcachon qu’il avait présentée à un salon, sans doute en 1890. Et ce n’est pas parce qu’il « faisait » dans les objets de piété que notre éditeur n’était pas sinon dur, du moins rigoureux en affaire. C’est lui-même qui décidait de la durée du crédit que les fournisseurs devaient lui consentir et il n’était pas question pour lui d’accepter des commandes livrées avec retard.

Nous pouvons en juger au travers de l’un de ses courriers :

Lettre
Lettre (Cliquez pour agrandir l'image)

« Messieurs Ouvry et Tissier ,

Je m’empresse de répondre à votre honorée que je viens de recevoir et qui m’étonne beaucoup. J’avais demandé cette commande pour l’avoir pour la 1ère communion, fin avril et j’avais dit à votre voyageur que d’après le montant je vous fixerai la date de la traite. Mais ne pouvant attendre si longtemps, veuillez annuler la commande. Je serais obligé de me fournir ailleurs. »

La carte qu’il a éditée, vers 1908, représente une croix du Christ, ou Croix de la Mission, que l’on peut encore voir derrière l’église, près de la salle dite des Embruns. Alors de deux choses l’une.  Ou Laurent Soulan, ayant remarqué le désintérêt montré par les éditeurs de cartes postales pour cette croix aura voulu réparer ce qui passait à ses yeux pour une injustice.

La Croix en noir et blanc
La Croix en noir et blanc (Cliquez pour agrandir l'image)

Ou il a voulu se lancer dans l’édition de cartes postales, fort à la mode à cette époque, et aura choisi de faire une première tentative à partir d’un cliché original négligé par les autres éditeurs avant de se lancer dans quelque chose de plus ambitieux. Ce premier essai ne s’étant pas révélé aussi fructueux qu’il s’y attendait, il aura arrêté là son ambition d’éditeur. Nous laissons notre lecteur choisir la branche de l’alternative qu’il jugera la plus vraisemblable.

Quelle qu’elle soit, cela n’aura pas empêché notre éditeur de s’appliquer tout particulièrement dans sa production. La carte existe même sous deux versions : l’une classique en noir et blanc et une autre, plus luxueuse, agréablement colorisée.

La Croix colorisée
La Croix colorisée (Cliquez pour agrandir l'image)

Le cliché est tout à fait correct et alors qu’il avait choisi de faire confiance pour son papier à en-tête à l’imprimerie bordelaise Wetterwald , on devine la facture de Guillier dans la fabrication de sa carte. Que ce soit dans la mise en page ou la typographie de la légende, comme dans le dos qui est parfaitement identique à celui utilisé par l’entreprise libournaise au même moment. D’ailleurs il existe chez cet éditeur une carte numérotée 10 654 portant la même légende. Mais ne l’ayant jamais rencontrée nous ne savons pas si elle est identique à celle de Laurent Soulan.


Comparaison de la typographie de la légende
d’une carte Guillier (en haut) avec celle de la légende de la carte Soulan.


En haut, dos de la carte Soulan,

en bas celui identique d’une carte Guillier.

Cartoliste Laurent Soulan :

ARCACHON. – Croix de la Mission derrière la Chapelle des Marins, église Notre-Dame. (Carte verticale en noir et blanc)

ARCACHON. – Croix de la Mission derrière la Chapelle des Marins, église Notre-Dame. (Carte verticale colorisée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*