Jean Chazelle, éditeur.

Cet éditeur a été très peu prolifique. Sans doute n’aura-t-il pas publié plus d’une demi-douzaine de cartes ayant un lien avec Arcachon. Et dont la cartoliste complète va sans doute être très difficile à établir. En effet, ces cartes éditées en 1903 sont aujourd’hui d’une extrême rareté. Elles ont la particularité de ne pas porter de clichés photographiques mais des dessins d’un illustrateur du nom d’Albertilus.

Cet Albertilus est assez mystérieux. On sait de lui qu’il était bordelais et qu’après avoir vécu de ses dessins, et avoir réalisé en particulier des affiches avec un talent certain, il travaillera, après la guerre de 14, pour les revues humoristiques d’Artagnan et Fantasio avant de se lancer dans l’invention de jeux de société réservés aux enfants. Une Manufacture Française de Jeux et Jouets Inédits, créée en 1922 et sise au 10 cours d’Aquitaine à Bordeaux se vantait dans sa publicité d’avoir l’exclusivité des inventions de l’humoriste Albertilus. Parmi ces jeux, les « Courses de Chevaux » avaient obtenu, toujours en 1922, un premier diplôme d’honneur au concours Lépine.

chazelleSans doute avant la publication des cartes qui valent à Jean Chazelle une rubrique dans le site des éditeurs de cartes postales ayant un lien avec Arcachon, on pouvait voir des dessins d’Albertilus sur une autre série de six cartes éditées en couleur à Bordeaux par J. H. B. éd. Bx. Un éditeur qui viendra très vite opérer à Arcachon où l’on connaît de lui une série de près de trente cartes. Mais dont on n’est pas encore parvenu à percer l’identité.

Cette première série de six cartes, dont la cartoliste est proposée ci-après, va être utilisée comme support publicitaire par un ostréiculteur andernosien, E. Baizot. Si bien qu’aujourd’hui on trouve ces cartes soit natures, soit surchargées de la publicité des Huîtres des Gourmets.

A l’évidence, l’éditeur J. H. B. avait vendu un lot conséquent à cet ostréiculteur, puisque ces cartes sont aujourd’hui plus fréquentes avec la surcharge publicitaire que sans celle-ci. C’est sans doute le signe d’une difficulté à les écouler par le biais habituel des marchands spécialisés. Le remplacement du cliché photographique par un dessin d’illustrateur avait peut être déconcerté le chaland habituel.

Albertilus va alors illustrer une seconde série, cette fois consacrée à Arcachon et éditée par Jean Chazelle. Toutefois, tout laisse à penser que c’est Albertilus qui est le maître d’œuvre de l’affaire. Ses dessins ne sont plus en couleur et cette série semble avoir été réalisée en collaboration avec la maison Brianne d’Arcachon qui exploitait un établissement à l’enseigne « Au Souvenir de la Mer ». Le premier numéro de la série est édité à la gloire de cet établissement. On a le sentiment que le projet avait été de consacrer les numéros suivants, chaque fois à un commerçant différent. C’est une démarche qui aurait été très originale mais qui reste à confirmer, parce que les cinq autres numéros ne portent pas de message publicitaire. Peut-être aussi que la vente de cette série était exclusivement réservée à la Maison Brianne ce qui expliquerait, en partie, la faiblesse de sa diffusion.

Il serait difficile de nier l’influence de Christophe et de sa Famille Fenouillard sur les dessins qu’Albertilus a proposés à Jean Chazelle pour sa série de cartes postales arcachonnaises. Christophe faisait découvrir la Normandie à Agénor Fenouillard accompagné de ses deux filles Artémise et Cunégonde. Albertilus, dans sa carte n° 1 nous montre les Dufourneau en partance pour Arcachon avec leurs deux enfants que l’on dirait cousins germains d’Artémise et de Cunégonde.

Il semblerait que Jean Chazelle ait commencé par tenir une papèterie au 18 quai Sainte-Croix, bien sûr à Bordeaux, avant de devenir imprimeur au 61 de la rue Tauzia. Après cette expérience éditoriale dans la carte postale il deviendra, dès 1907, l’imprimeur et le directeur d’une revue bordelaise on ne peut plus snob : Le Tout-Elégant du Sud-Ouest. Revue dans laquelle on retrouvait parfois des dessins d’Albertilus.

Chazelle02Cartoliste Jean Chazelle :

1 – Les Dufourneau projettent de faire une partie à Arcachon par train de plaisir. (Avec message publicitaire : Au Souvenir de la Mer Maison Brianne. Saison 1903)

3 – Les inconvénients d’un déjeuner sur l’herbe.

4 – Les ennuis d’une navigation.

Chazelle04Cartoliste J. H. B. éd. Bx illustré par Albertilus :

En bleu, les éventuelles surcharges publicitaires apposées par la maison Baizot d’Andernos.

En haut de chaque carte : « Huîtres des Gourmets » – Exploitation Ostréicole, E. Baizot, à Andernos (Gironde)

1. – Le départ. (La « finesse » et la « race » des « Huîtres des Gourmets » leur a valu l’estime des connaisseurs)

2. – Le train de plaisir. (Les « Huîtres des Gourmets » ont obtenu la Médaille d’Or à l’Exposition Universelle Paris 1900 pour leurs qualités incomparables)

3. – Le bain. (Au sortir de la mer, les « Huîtres des Gourmets » sont directement envoyées au Consommateur. Leur fraicheur est exquise)

4. – Le déjeuner sur l’herbe. (Il n’est pas de bon déjeuner sans les « Huîtres des Gourmets ». Rien ne saurait les remplacer)

5. – La partie de canot. (Malgré leur réputation les « Huîtres des Gourmets » ne sont pas plus chères que les autres)

6. – Le retour. (Les « Huîtres des Gourmets » sont les plus fines, les plus fraîches et les plus délicates qui existent)

Chazelle03

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>